Programme nucléaire iranien : ça joue dur

Shahriar est une ville iranienne d’environ 200 000 habitants située à 45 km à l’ouest de Téhéran. En périphérie se trouve deux bases militaires appartenant aux Gardiens de la Révolution islamique. L’une d’elles sert d’entrepôt à des missiles balistiques Shahab-3, dont la portée maximale peut atteindre 2 000 kilomètres, soit une autonomie suffisante pour frapper Israël.

Vendredi dernier, cette base a été le théâtre d’une importante explosion alors qu’on procédait à un retrait de missiles de l’arsenal sous la supervision du major général Hassan Moghaddam. Celui-ci a été tué, de même que seize gardiens de la Révolution. L’explosion a été d’une telle violence qu’elle a été entendue jusqu’à la capitale iranienne.

Ingénieur de formation, le général Moghaddam a étudié les sciences balistiques en Chine et en Corée du Nord. C’était l’architecte en chef du programme iranien de missiles sol-sol. Parmi les dignitaires présents lors de ses funérailles d’État se trouvait le Chef suprême du pays, l’ayatollah Ali Khamenei, ce qui témoigne de l’importance du disparu.

L’an dernier, le 12 octobre 2010, une explosion similaire avait fait au moins dix-huit morts au dépôt de munitions de Khorramabad, situé à 375 km au sud-ouest de Téhéran, où des missiles Shahab-3 étaient également entreposés.

Au cours des deux dernières années, trois scientifiques impliqués dans le programme nucléaire iranien ont été assassinés dans les rue de la capitale. (Note : Un quatrième assassinat s’est ajouté à cette liste, le 11 janvier 2012, soit après la publication de ce billet). De plus, un des principaux responsables de ce programme, Fereydoun Abbasi-Davani, a échappé de peu à une tentative d’assassinat le 29 novembre 2010 alors qu’il était au volant de sa voiture, en plein Téhéran.

L’an dernier, le virus informatique Stuxnet a infecté trente mille ordinateurs iraniens, soit environ 60% de tous les ordinateurs touchés par ce virus à travers le monde. Ce ver informatique dérègle les systèmes utilisés pour le contrôle de procédés industriels. Il est responsable des dommages logiciels survenus à l’usine iranienne d’enrichissement d’uranium de Nataz, ce qui a entrainé la fermeture temporaire de cette usine en novembre 2010.

Références :
Duqu
Escarmouches informatiques
Explosion at Shahab Missile Depot
Fereydoon Abbasi
Iranian missile architect dies in blast. But was explosion a Mossad mission?
Iran missile development commander killed in explosion
Iran wrestles Duqu malware infestation
Shahab-3
Shahriar
Tehran: blast at military base kills 17

Depuis la parution de ce billet :
(2012-01-11) La guerre feutrée du Mossad en Iran
(2012-01-11) Un scientifique nucléaire tué dans un attentat à Téhéran
(2012-06-01) Obama derrière l’augmentation des cyberattaques contre l’Iran
(2012-06-20) Le virus Flame est une création des États-Unis et Israël

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 72 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :